Partie 1 - Dynamiques territoriales de la France contemporaine

Chapitre 1 - Les aires urbaines, une nouvelle géographie d'une France mondialisée.

En quoi la mondialisation de la France a-t-elle contribuée à la formation d'aires urbaines ? 


I. Paris, première aire urbaine de France.

A. L'attractivité de Paris.

La concentration des principaux lieux de décisions politiques (Elysée, Assemblée nationale), économiques (implantation des sièges sociaux de grandes entreprises nationales et internationales dans le quartier de la Défense), intellectuels (universités parisiennes concentrées dans le quartier latin) et culturels (musées) font de Paris une métropole de rang mondiale. Elle absorbe quotidiennement un flux continu de travailleurs provenant soit de son aire d’influence (banlieue et couronne périurbaine), soit d’autres régions de France, d’Europe ou du monde. De ce fait, elle constitue une véritable plateforme multimodale.
Métropole : ville fortement peuplée disposant d’activités politiques, économiques et culturelles qui lui permettent d’être attractive et d’exercer une influence sur d’autres territoires (région, pays, monde).
Plate-forme multimodale : lieu où les hommes et les marchandises peuvent passer facilement d’un mode de transport à un autre.

B. L'étalement urbain et ses conséquences.

A partir des années 1960, la population de Paris commence à augmenter. Les logements, qui sont de plus en plus rares, sont chers et ne sont pas adaptés aux familles nombreuses. Cela provoque une gentrification et pousse la population à s’installer dans les Grands Ensembles de la Banlieue. Progressivement, cet étalement urbain gagne la couronne périurbaine qui offre un meilleur cadre de vie. Cette urbanisation s’est accompagnée d’une multiplication des mobilités, comme les mouvements pendulaires, qui ont saturé les réseaux de transports. L’évolution des modes de vie a entraîné une modification des mobilités en rendant obsolète et inadapté les services de transports publics. Si les réseaux de transports permettent de relier facilement la couronne périurbaine à la ville-centre. A l’inverse, il est plus difficile de se déplacer directement de banlieue à banlieue car tous les réseaux sont concentrés sur Paris.
Gentrification : concentration de la population riche dans les centres villes.
Etalement urbain ou périurbanisation : phénomène d’extension d’une ville au-delà de son agglomération.
Mobilité : ensemble des déplacements des hommes.
Mouvements ou Déplacements pendulaires : déplacements quotidiens entre le domicile et le travail.


C. Les enjeux de la première aire urbaine de France.

Avec aujourd’hui plus de 12 millions d’habitants, l’aire urbaine de Paris est la plus importante de France. Mais, sa population est confrontée à des problèmes de logements, de transports et d’emplois. Pour résoudre ces difficultés, l’Etat, la région, des entreprises publiques et privées se sont investis dans le projet commun du « Grand Paris » depuis 2010. Ce projet doit permettre, d’une part, la création de nouveaux logements en banlieue, puis l’amélioration de la mobilité de la population pour dynamiser les bassins économiques et favoriser les emplois. Mais, ce projet rencontre de nombreuses difficultés qui retardent la mise en place des aménagements prévus. Par exemple, le Tram 12 express, qui devrait relier les bassins d’emplois de Massy à Evry en passant par Grigny à partir de 2020, ne pourra être mis en service qu’en 2022.

Aire urbaine : ensemble continu de communes constitué d’un pôle urbain (ville-centre et sa banlieue) de plus de 10 000 emplois, et d’une couronne périurbaine dont au moins 40 % de la population travaille dans le pôle urbain.
Aménagements : action visant à réduire les inégalités au sein d’un territoire pour le rendre attractif et compétitif.

II. Un territoire sous influence urbaine.
A. Des aires urbaines de plus en plus étendues. 

85 % de la population française vit dans une aire urbaine, cependant la saturation de l’espace des villes-centres liée à la croissance urbaine fait que cette population se concentre essentiellement en banlieue. Cette situation engendre un mouvement de périurbanisation.
La périurbanisation entraîne des problèmes de développement durable liés à l’augmentation des mobilités. C’est pourquoi différents acteurs (Etat, régions, communautés d’agglomération, entreprises privées…) interviennent pour diminuer la pollution issue de ces déplacements et mettre en place des transports doux (vélib’, tramway, autolib’, etc…).
La périurbanisation engendre aussi un grignotage et un déclin de l’espace rural que l’Etat tente de contrer par diverses mesures comme la création de 53 Parcs Naturels Régionaux depuis 1967, ou encore les Pôles d’Excellence Rurale depuis 2005


B. Un territoire dont la population est majoritairement urbaine.

Le territoire français est un carrefour de l’Europe. Il constitue à la fois un isthme et un finisterre. Il appartient au milieu tempéré et possède tous les climats européens. Il se compose en large partie de plaines au nord, et d’anciens massifs montagneux au sud et au sud-est.
La population française est inégalement répartie sur le territoire. Elle présente une macrocéphalie avec le poids dominant de l’aire urbaine parisienne sur le reste du territoire, cependant elle concentre de fortes densités le long des littoraux ainsi que dans les vallées fluviales : on parle alors de littoralisation. Les faibles densités sont formées par les montagnes et la Champagne : elles forment la « France des faibles densités» s’étendant du sud-ouest au nord-est.
Les dynamiques spatiales se traduisent par une forte attractivité du sud de la France lié à son cadre de vie privilégié et au phénomène d’héliotropisme. Le nord et le nord-est constitue des régions peu attractives, cependant, leurs grandes villes restent dynamiques grâce à la recherche d’emplois et de logements, à la présence d’universités, et à un réseau de communication développé : c’est la métropolisation.

Isthme : bande de terre située entre deux mers.
Finisterre : extrémité d’une terre.
Macrocéphalie : espace largement dominé par un pôle urbain qui freine ou empêche le développement de pôles secondaires.
Littoralisation : concentration de la population et des activités sur le littoral.
Héliotropisme : attirance de la population vers une région ensoleillée.
Métropolisation : concentration de la population, des activités et des fonctions de commandement dans une grande ville (métropole).


Conclusion

En concentrant 85 % de la population française, l’espace urbain domine et organise l’ensemble du territoire et des flux migratoires. En effet, les métropoles abritent les principales activités économiques et elles organisent les principaux réseaux de communication en étant reliées entre elles et au monde. Enfin, elles influencent de plus en plus l’espace rural par l’extension du périurbain qui contribue à développer le mode de vie urbain dans les campagnes. 

Fiche de Révisions

Exercices de révisions