Partie 2 - Des ressources limitées, à gérer et à renouveler

Chapitre 1 - Des ressources à ménager et à mieux utiliser : l'énergie et l'eau

Ressource : richesse naturelle d'un territoire que l'homme peut exploiter.

Pourquoi faut-il ménager et mieux utiliser les ressources énergétiques et en eau de notre planète ?


I. Les enjeux énergétiques.

A. La Russie, un géant énergivore.

Avec une superficie de plus de 17 millions de km², la Fédération de Russie est l’Etat le plus vaste du monde. Il dispose d’un atout majeur : la diversité de ses ressources énergétiques. Grâce à ses énergies fossiles que constituent le gaz naturel et le pétrole, le pays a pu développer son économie. En effet, l’Etat russe a mis en place d’importants moyens pour extraire ses ressources de son sous-sol afin d’en faire bénéficier sa population, mais aussi le reste du continent. Ainsi, le pétrole et le gaz représentent respectivement 22% et 53% de la consommation d’énergie russe en 2013. De même, les hydrocarbures représentent 53% des exportations russes et 70% de l’apport financier étranger pour l’économie russe. Cette exploitation a ainsi permis à la société Gazprom de devenir le 1er fournisseur de gaz naturel du monde.
Toutefois, cette exploitation a de nombreuses conséquences sur l’environnement du pays. Tout d’abord, elle engendre une déforestation de la taïga sibérienne pour pouvoir y implanter les sites d’extraction et de stockage des hydrocarbures. Elle transforme également les paysages par l’implantation d’oléoducs et de gazoducs pour acheminer ces énergies vers les grandes villes du pays, mais aussi vers les pays européens et asiatiques demandeurs en gaz naturel. Enfin, elle est également source d’une importante pollution et est responsable de la diminution des peuples nomades de Sibérie, contraints de se sédentariser, ne parvenant plus à nourrir leurs troupeaux par la pollution et l’appauvrissement des sols.
Mais, la surexploitation de ces hydrocarbures fait que les ressources en énergie fossile de la Russie diminuent rapidement. Pour pallier à ce manque d’énergie, la Russie va devoir développer davantage les énergies renouvelables dont elle dispose en grande quantité (la biomasse, les énergies hydraulique, géothermique, éolienne, solaire et marémotrice), même si cela lui coûte plus chers que l’exploitation des hydrocarbures.

Energie fossile : ensemble des énergies non-renouvelables (charbon, pétrole, gaz, etc.).
Energie renouvelable : énergie fournie par la nature (eau, vent, soleil) ou se régénérant sous l’action des hommes (biomasse, agrocarburants).
Biomasse, Eolien, Gazoduc, oléoduc, géothermique, hydraulique, hydrocarbures, marémotrice, ressources énergétiques : voir fiche d’activité. 
B. Des besoins croissants. 
La croissance démographique mondiale, l’élévation et la transformation des modes de vie expliquent la forte augmentation de la consommation d’énergie depuis les années 1960.
A l’échelle mondiale, les pays développés sont les plus gros consommateurs d’énergie. Mais, les pays émergents voient leur consommation fortement augmenter : la Chine est ainsi le plus gros consommateur d’énergie mondiale.
Cette consommation d’énergie repose majoritairement sur les énergies fossiles qui ne sont pas renouvelables et s’épuisent rapidement. Elles contraignent les Etats à chercher en permanence de nouveaux gisements et à assurer la sécurité du transport de ces énergies notamment lors des passages stratégiques (les détroits).
Les énergies fossiles sont majoritairement utilisées par les pays développés et les pays émergents. Mais, elles sont à l’origine d’une importante pollution et du réchauffement climatique (gaz à effet de serre).

Détroit : bras de mer situé entre deux terres.
Gaz à effet de serre : les gaz (dioxyde de carbone, méthane, ozone) piégés dans l’atmosphère qui contribuent au réchauffement du climat. 
C. Des énergies à ménager.

Pour préserver leurs énergies fossiles et éviter un recourt au nucléaire, de nombreux Etats se tournent vers les énergies renouvelables : c’est la transition énergétique.
Les pays développés tentent également de lutter contre le gaspillage en mettant en place de nombreuses campagnes d’informations pour inciter leurs populations à modifier leur mode de vie.

Transition énergétique : passage de la consommation d’énergies fossiles à la consommation d’énergies renouvelables. 

II. L'eau, une ressource à mieux gérer.

A. La gestion de l'eau en Californie.

La gestion de l’eau est un défi majeur pour la Californie qui connaît, d’une part, une croissance de sa population et de ses besoins ; puis d’autre part, une sécheresse de plus en plus prononcée.
L’Etat dispose d’un accès inégal à ses ressources en eau. Malgré la mise en place d’infrastructures et de lois pour mieux gérer ses ressources, la question de l’eau reste très problématique. Ainsi, industriels, agriculteurs et habitants sont amenés à une utilisation raisonnée de l’eau.
Malgré cela, l’eau connaît encore une surexploitation en Californie. Ainsi, le fleuve Colorado est devenu une source de conflit avec le Mexique, car celui-ci ne peut plus utiliser ses ressources qui ont été surexploitées par les Etats-Unis.

Surexploitation : situation dans laquelle la consommation est supérieure à la capacité de renouvellement.
Aquifère : une réserve d’eau souterraine contenue dans les vides des roches.
Transfert d’eau : transport des eaux souterraines ou fluviales par des canalisations sur une longue distance. 

B. Une consommation croissante pour un accès inégal. 

Avec la croissance démographique mondiale, la demande en eau potable ne cesse d’augmenter. L’agriculture reste la principale consommatrice d’eau potable avec 67% de la consommation mondiale. Elle est suivie par les industries avec 20% et seulement 13% pour la consommation individuelle des hommes
L’eau douce est abondante sur Terre, mais son accès reste très inégal :
  • La population des pays développés ont un accès plus abondant à l’eau douce, car ils ont la capacité de capter, traiter et distribuer l’eau à leurs populations.
  • Les pays pauvres ne disposent pas des mêmes moyens financiers pour réaliser des aménagements permettant à leurs populations de disposer d’eau douce en permanence.
Aujourd’hui plus de 700 millions de personnes n’ont toujours pas accès à l’eau potable dans le monde : cette population se concentre majoritairement en Afrique.
Accès à l’eau : accès à au moins 25 litres d’eau potable par jour à moins de 200 mètre de chez soi.