PARTIE 3
​ LA FRANCE ET L'UNION EUROPEENNE

CHAPITRE 1

L’UNION EUROPEENNE, UN NOUVEAU TERRITOIRE DE REFERENCE ET D’APPARTENANCE
Comment se caractérise le territoire de l’UE et quelle place y occupe la France ?

A la fin du chapitre, je dois être capable de :
- Définir et utiliser correctement le vocabulaire étudié.
- Localiser et situer les Etats de l’Union européenne et leurs capitales ; les villes où siègent les institutions de l’UE ; les pays de la zone euro et de l’espace Schengen ; les principales métropoles européennes et la mégalopole européenne.
- Expliquer ce qu’est une politique de coopération transfrontalière ; la place de la France au sein de l’UE (influence, insertion) ; les moyens mis en place par l’UE pour réduire les inégalités entre les territoires.


I.Un territoire en construction.
A. Un projet géopolitique.
=> Rappel cours d’histoire.
L’UE est née de la volonté des Etats de l’Ouest de garantir la paix et de développer leur économie sur le continent. D’abord organisée en CECA en 1951, puis en  CEE par les traités de Rome de 1957, et enfin en UE par le traité de Maastricht en 1992 ; cette organisation ne cesse d’évoluer et de s’élargir aux pays de l’Europe de l’Est depuis l’effondrement du communisme en 1991.

Candidate à l’UE depuis 2003, il aura fallu dix ans à la Croatie pour réaliser les transformations de sa politique, de son économie et de sa culture nécessaires aux attentes de l’UE. Grâce à une aide financière et au soutien des institutions européennes, la Croatie est devenue officiellement le 28e membre de l’UE le 1er juillet 2013.
Les institutions européennes se concentrent dans la mégalopole : le Parlement siège à Strasbourg et Bruxelles, la Commission et le Conseil européen sont implantés à Bruxelles, la Banque centrale européenne est située à Francfort, puis la Cour de Justice au Luxembourg. Ces institutions communautaires font de l’UE une organisation régionale.
Aujourd’hui, l’UE compte 506 millions d’habitants soit 7 % de la population mondiale et elle produit le quart des richesses mondiales.

Organisation régionale : association d’Etats qui délèguent par traité, l’exercice de certaines compétences (agriculture, environnement, recherche, justice) à des institutions communes.

B. Une construction à géométrie variable. 

L’UE se compose d’un marché commun permettant aux marchandises, aux capitaux et aux services de circuler librement. Si l’ensemble des Etats-membres participent à cette politique, il en est autrement pour la politique monétaire (zone euro) ou migratoire (espace Schengen).
Zone euro : créée en 1999, elle regroupe, au 1er janvier 2014, 18 pays de l’UE. Les pays adhérant à l’UE depuis 2002 ont l’obligation d’entrer dans cette zone utilisant l’euro comme monnaie unique. Au total, 25 pays de l’union sur les 28 utilisent cette monnaie unique.
Espace Schengen : accords signés à Schengen au Luxembourg en 1985 et 1990 permettant la libre circulation des hommes entre les Etats membres. Ces derniers peuvent renforcer les contrôles sur leurs frontières communes. Cet espace regroupe tous les Etats membres de l’UE, à l’exception de l’Irlande et du Royaume-Uni, ainsi que des pays n’appartenant pas à l’union (Islande, Norvège, Suisse).


II. Les contrastes territoriaux dans l'UE.

A. Des inégalités de richesse et de développement à toutes les échelles. 

Il existe d’importantes inégalités de richesse et de développement entre les Etats-membres : les Etats fondateurs, traversés par la mégalopole, connaissent une situation plus favorable que les Etats du sud et de l’Europe centrale et orientale. L’Europe du Sud se caractérise essentiellement par une économie touristique qui a favorisé un fort endettement des Etats comme la Grèce ou l’Espagne. Quant à l’Europe centrale et orientale, son passage de l’économie communiste à l’économie libérale reste très difficile : l’agriculture est peu productive et les services sont encore peu développés. Toutefois, elle constitue un réservoir de main d’œuvre bon marché et favorise les délocalisations de l’Europe de l’Ouest.
Mégalopole ou dorsale européenne : région s’étendant du sud-est du Royaume-Uni au nord de l’Italie, et concentrant de nombreuses villes, activités économiques et fonctions de commandement.
Délocalisation : transfert d’un site de production vers un pays bénéficiant de conditions plus favorables (moins d’impôts, main d’œuvre bon marché…).

Les inégalités sont également présentent au sein même des Etats. La région la plus dynamique d’Europe demeure la mégalopole. Elle ne favorise seulement que quelques régions des 8 Etats qui la composent. Plus on s’éloigne de ce cœur économique, et plus les régions rencontrent des difficultés, à l’exception de quelques grandes métropoles comme Paris ou Madrid. Les territoires à fortes contraintes (massif montagneux, régions du nord de l’Europe et îles) tentent de rattraper leur retard économique. 
B. Les politiques européennes pour réduire les inégalités.
=> Etude des dossiers p. 316-317 et p. 318-319.
L’UE favorise la mise en place de coopération transfrontalière pour soutenir et développer ses territoires en marge, par des projets communs comme l’Eurocité express qui relie le pays basque français et espagnol, ou bien encore les Parcs Nationaux des Pyrénées et d’Ordesa y Monte perdido qui développent des politiques de développement et d’environnement communs.
Créé en 1975, les Fonds Européens de DEveloppement Régional (FEDER) et le Fond Social Européen (FSE) contribuent à la politique de cohésion et territoriale entre les Etats membres. Plus du tiers du budget de l’UE est consacré à aider les régions en difficulté.
Cette politique permet d’améliorer l’accessibilité des territoires, de favoriser l’activité économique et de lutter contre le chômage, puis de favoriser le développement durable.

Coopération transfrontalière européenne : politiques de l’UE ayant pour objectif de développer les liens entre les territoires et les populations des régions frontalières.
Cohésion sociale et territoriale : politique économique et sociale visant à réduire les écarts de richesse et de développement entre les territoires et les habitants de l’UE. 

III. La place de la France dans l'Union Européenne.

A. Une situation privilégiée au sein de l’UE.

La France occupe une position privilégiée au sein de l’UE : c’est une double interface. C’est une interface océanique et maritime par son accès sur l’océan Atlantique, la Mer du Nord et la Mer Méditerranée. C’est aussi une interface continentale et terrestre en reliant l’Europe du Nord et de l’Est à l’Europe du Sud.
C’est aussi un membre fondateur de l’UE qui tient une place centrale en finançant une large partie du budget de l’UE et en bénéficiant de ses nombreuses aides comme la PAC (Politique Agricole Commune). Par ailleurs son économie est étroitement liée à celle de l’UE car 60% de ses exportations se font avec les autres Etats-membres.

B. Une situation privilégiée de plus en plus remise en cause.

Les élargissements successifs de l’UE déplacent progressivement le centre de l’Union vers l’Est. La mégalopole européenne en a été renforcée, mais la France n’est que peu rattachée à cet espace dynamique (bassin parisien et régions de l’Est). L’aspect de « finisterre » du territoire français se retrouve donc de plus en plus renforcé. Les principaux littoraux français se retrouvent de plus en plus en marges du reste de l’Union. Ils connaissent des difficultés économiques et démographiques qui contraignent l’UE à intervenir par des aides financières.


Conclusion.

L’UE est un projet géopolitique et économique qui exerce une forte attractivité sur ses voisins comme en témoigne ses élargissements successifs. Néanmoins, l’intégration de ces nouveaux Etats entraîne une augmentation des inégalités de développement et de richesses entre ses membres. L’enjeu des politiques européennes consiste à réduire ces écarts par une politique de cohésion. 

CHAPITRE 2

LA FRANCE ET L'UNION EUROPEENNE DANS LE MONDE
Quelle est l’influence de la France et de l’Union Européenne dans le monde ?

A la fin du chapitre, je dois être capable de :
- Définir et utiliser correctement le vocabulaire étudié.
- Localiser et situer le territoire français ultramarin ; les principaux espaces de la Francophonie ; l’Union européenne ; les principales métropoles européennes ; la mégalopole européenne.
- Expliquer quelques aspects de l’influence de la France et de l’Union Européenne dans le monde tout en en dégageant les limites.


I. Une influence culturelle prononcée.
=> Etude du dossier p. 330-331.
A. La France, une culture mondialement reconnue.
Le rayonnement mondial de la France s’appuie sur la Francophonie et la présence de Français à l’étranger : ce sont les expatriés.  Depuis la fin du XXe siècle, le nombre d’expatriés français ne cesse de croître pour atteindre 2 millions de personnes. La moitié de ces expatriés ont moins de 35 ans et se concentrent dans les pays européens, dans le Nord de l’Amérique et de l’Afrique. La Francophonie permet à la France de promouvoir ses valeurs et sa culture : c’est ce qu’on appelle l’exception culturelle. La diffusion du français est favorisée par les lycées français à l’étranger, les centres culturels, l’Alliance française, mais aussi son art de vivre (mode, gastronomie, etc.). Les médias comme TV5 monde, France 24 ou Radio France International contribuent également à la diffusion de la culture française. La France apparaît ainsi comme une « soft power » (puissance douce).
Francophonie : dispositif institutionnel organisant les relations politiques et de coopération entre 102 pays et territoires pratiquant la langue française. Ces Etats se réunissent en sommet tous les deux ans.
Alliance française : réseau d’associations subventionnées par l’Etat pour enseigner la langue et la civilisation française dans plus de 136 pays.
Soft power : capacité d’un Etat à exercer une influence culturelle dans le monde. Elle s’oppose au Hard power (présence militaire et influence politique d’un Etat dans le monde).
B. La diversité des cultures européennes.
La diversité des peuples européens et les valeurs qu’ils partagent font de l’Europe un territoire attractif. La démocratie, la paix, l’éducation et les aides sociales en font une destination privilégiée pour les migrants. L’Europe constitue le premier foyer d’accueil mondial des étudiants étrangers grâce à son programme d’échanges Erasmus.
La grande diversité culturelle de l’Europe et de la France en fait les premiers pôles touristiques mondiaux.


II. Une influence géopolitique contrastée.
=> Etude du dossier p. 332-333
A. L’affirmation de la France dans le monde.
Grâce à ses territoires ultramarins, la France possède une ZEE de 11 millions de km² faisant d’elle la 2e puissance maritime mondiale après les Etats-Unis. Le pays fait entendre sa voix en étant présent dans les grandes organisations internationales telles que l’OTAN ou l’ONU. Son armée lutte activement contre le terrorisme et dans des opérations de maintien de la paix sur le continent africain. Enfin, le pays possède de nombreuses organisations non-gouvernementales (médecins sans frontières, Croix-Rouge, etc.) qui apportent leur aide humanitaire dans le monde entier.
B. Le rôle limité de l’UE.
L’UE s’affirme de plus en plus sur le plan international. Bien qu’elle ne possède pas une armée qui lui soit propre, elle soutient et sollicite de plus en plus l’intervention de ses Etats-membres. Elle apporte également une aide de plus en plus importante aux pays en développement.
Mais, l’UE rencontre des difficultés à prendre des décisions unanimes compte tenu de ses élargissements successifs et des divergences d’opinion de ses Etats-membres. Les politiques économiques et monétaires des Etats sont peu coordonnées et entrent en concurrence dans le cadre de la mondialisation. L’UE est de plus en plus fragilisée et limitée par les dettes publiques de ses membres, par la crise de sa monnaie unique, par le vieillissement de sa population, mais aussi par les disparités économiques entre ses régions : autant de défis qu’elle doit surmonter pour pouvoir continuer de rivaliser avec les autres grandes puissances mondiales.


III. Une influence économique inégale.
=> Etude des docs 5 p. 335, 1 à 3 p. 334 et cartes 2 et 3 p. 337.
A. La France, une puissance économique dépendante.
La France est la 6e puissance économique mondiale et la 3e puissance européenne derrière l’Allemagne et le Royaume-Uni. Son économie est ouverte sur l’Europe et le monde, mais elle reste fortement dépendante de ses voisins européens et des importations de matières premières. Le pays a de plus en plus de mal à maintenir une concurrence mondiale et voit son solde commercial devenir déficitaire.
Solde commercial : différence entre les exportations et les importations.
B. L’UE, première puissance économique mondiale.
L’UE participe à la gouvernance du monde en siégeant au Conseil de sécurité de l’ONU par l’intermédiaire de la France et du Royaume-Uni.  Elle est aussi membre de l’Organisation Mondiale du Commerce et abrite environ 160 firmes transnationales.
C’est une puissance économique active de la Triade, concentrant 4 grandes métropoles mondiales, et est membre du G20. L’UE est la première puissance économique et commerciale du monde devant les Etats-Unis, la Chine et le Japon. Elle réalise près de 20% des échanges mondiaux et 28% du PIB mondial. Son économie repose principalement sur les services (énergie, banque, assurance, automobile, chimie-pharmacie, distribution, aéronautique), l’activité de ses firmes transnationales, sa capacité à recevoir et à émettre des Investissements Directs à l’Etranger, ainsi que sur grandes places boursières (Paris, Londres, Francfort).
L’UE est devenue un centre attractif, un pôle de stabilité et de croissance. Sa force d’attraction s’exerce sur ses voisins proches. Afin d’assurer la stabilité et la prospérité économique de son voisinage, l’UE mène une politique européenne de voisinage avec la Russie et les Etats membres de l’Union Pour la Méditerranée, mais aussi une politique de collaboration mondiale en multipliant les accords de coopération.
Avec plus de 510 millions d’habitants, l’UE constitue le plus grand marché de consommation du monde, et dispose d’une main-d’œuvre très qualifiée.

FTN : entreprise contrôlant de nombreuses filiales à l’étranger et réalisant un large bénéfice grâce à ces filiales.
IDE : capitaux placés par des entreprises étrangères dans des entreprises nationales, ou inversement.


Conclusion.
Par ses territoires ultramarins, sa présence au sein d’organismes comme l’ONU, et son rayonnement culturel, la France cherche à exercer une influence majeure dans le monde pour faire entendre sa voix dans les relations internationales. L’UE tente également de s’imposer au monde par sa puissance économique, mais l’insuffisance d’un projet commun concret entre ses membres constitue un frein à son rayonnement mondial.